YayBlogger.com
BLOGGER TEMPLATES

mardi 29 mai 2012

Tour Japonnaise - Pavillon Chinois - Bruxelles

Non je ne suis pas partie en Chine et au Japon (malheureusement), j'ai été à Bruxelles, plus précisément à Laeken. Qui eut cru que de tels monuments existaient en Belgique ?

La Tour japonaise, le Pavillon chinois et le Musée d'Art japonais se regroupent aujourd'hui sous l'appellation commune des Musées d'Extrême-Orient.

Selon une tradition tenace, la Tour japonaise serait une authentique pagode japonaise provenant de la représentation japonaise à l'Exposition universelle de 1900 à Paris et aurait été rachetée par le roi Léopold II. L'édifice n'est en fait pas conforme à l'architecture bouddhique japonaise: sous ses cinq toits, il compte six niveaux, contrairement aux cinq que l'on attendrait normalement.

Le gros-œuvre fut réalisé par des entreprises belges, mais le bâtiment, d'une hauteur de 40 mètres, fut assemblé sans clous conformément aux techniques traditionnelles japonaises. Pour assurer à l'édifice un cachet authentique, la plus grande partie de la décoration intérieure et extérieure - portes et panneaux en bois sculpté, plaques en cuivre doré - fut commandée au Japon, à des artisans de Yokohama. Une partie fut néanmoins confiée à des artistes parisiens, notamment les trente-quatre vitraux de l'escalier qui sont l'œuvre du peintre verrier et décorateur Jacques Galland et l'installation électrique que l'on doit à Eugène Soleau.

Commencé en 1901, le chantier fut terminé en 1904. Son inauguration eut lieu le 6 mai 1905 lors d'une garden-party. Longtemps fermé, il fut restauré en 1989, à l'occasion d'Europalia Japon.

Le Pavillon chinois, construit quelques années plus tard pour devenir un restaurant de luxe (ce qu’il ne sera jamais), reçoit des décorations intérieures qui, ainsi que le kiosque, dans un souci d'authenticité, sont exécutés à Shanghai.

Les deux bâtiments, devenus propriété de l’État en 1921, présentent aujourd'hui des collections de porcelaines décoratives réalisées pour exportation vers l’Europe et provenant du Japon du milieu du XVIIe siècle au milieu du XVIIIe siècle et de Chine de la seconde moitié du XIXe siècle au début du XXe siècle.

Le Musée d’Art japonais, inauguré en mars 2006 est installé dans la dépendance du pavillon chinois destiné à l’origine à servir d’écuries. Les collections, centrées sur l’époque d’Edo (1600-1868) sont présentées en alternance.


Et pour terminer la journée sur une note asiatique et culinaire, je vous présente mon restaurant asiatique fétiche : Anata.

Il s'agit d'un restaurant japonais. Les plats ont l'avantage d'être très abordable, d'ailleurs l'endroit est fréquenté par des étudiants.

Certains reprochent que ce soient des chinois qui servent et qui cuisinent, que le service reste à désirer, mais moi Anata reste LE restaurant de cuisine japonaise que je préfère.

On peut avoir un menu sushi pour 17€, vous aurez une soupe miso, des gyoza, un plateau de sushi + une salade.

Ou pour un peu moins de 10€ un ramen tout aussi savoureux !

Leur carpaccio est succulent !

Je recommande !!!

ANATA
Tél. : 02.502.85.87
Fax : 02.502.85.87
Boulvard Anspach 74
1000 BRUXELLES ( VILLE )

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire